Toujours plus de jeunes...   Mise à jour complète du...

Prendre sa retraite à l'étranger: ce qu'il faut savoir

21 mai, 2013 08:06  Chroniques Chroniques

Retraités sur un bancLe site Planet.fr a consacré un article début avril aux modalités de la retraite à l'étranger. On parle bien ici des conditions pour prendre sa retraite française à l’étranger et non du calcul de la retraite lorsqu'on a travaillé à l'étranger, cas que nous avons déjà traité il y a quelques temps ici même.

A l'image des retraités britanniques en Dordogne ou en Espagne, les retraités français qui partent ne s'éloignent pas trop : Europe du sud ou Afrique du Nord. C'est d'ailleurs ce que confirment les organismes français de sécurité sociale qui ont versé 2 milliards d'euros de retraites à l'étranger (chiffres 2008 ): les principaux pays vers lesquels sont envoyées ces pensions de retraites sont l'Algérie, le Maroc, de la Tunisie, l'Espagne ou encore le  Portugal. Cela correspond bien sur d'abord à leurs attaches familiales, mais aussi à la recherche d'un temps plus clément tout en restant proche de ses origines.

Ces pays ont aussi un cout de la vie moins élevé et permettent de gagner 15 à 20 % en pouvoir d’achat. Mais il faut quitter le continent Européen et même parcourir plusieurs milliers de kilomètres pour profiter d’un gros différentiel. Résider en Thaïlande ou au Brésil permet d'augmenter son niveau de vie de 50% !

L'article nous renseigne sur les quatre points à considérer avant de faire son choix de départ :  la retraite, l'assurance santé, les impôts et l'immobilier.

Comment percevoir sa retraite

Il n'y a aucun problème pour percevoir sa pension de retraite à l’étranger : il suffit de fournir un certificat de résidence et les coordonnées de votre compte bancaire à l’étranger si nécessaire à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV). Toutefois, pour éviter de continuer à verser des pensions une fois la personne décédée, la CNAV vous demandera périodiquement des "preuves d’existence" via un formulaire spécifique (qui devra être visé par le consulat de France). Sans réponse, la retraite est interrompue.

Choisir une bonne couverture santé

De même que pour les expatriés qui travaillent, plusieurs solutions s'offrent à vous. Au sein de l'union européenne, ou dans un pays ayant noué une convention avec la France, vous conserverez votre protection sociale tricolore : remboursement sur la base des frais réels à 65%, dans la limite du coût d’un traitement identique en France. Dans les autres pays qui n'ont pas de convention fiscale avec la France, il est conseillé d’adhérer à la Caisse des Français à l’étranger (CFE) qui garantit la même couverture maladie que dans l’hexagone.

Vous pouvez aussi prendre des assurances santé spécifiques. Vous trouverez plus de renseignement et la possibilité de demander un devis sur cette page.

La question des impôts

Si vous séjournez à l’étranger pendant plus de 186 jours par an (et sous réserve de ne posséder ni foyer ni intérêts économiques en France), votre imposition dépendra de la convention fiscale signée entre la France et votre pays d'expatriation.

Sans convention fiscale, vous serez soumis à une double imposition, une dans chaque pays.

L'immobilier

En fonction des pays les conditions varient énormément. Si celles régissant les achats dans l'Union Européenne sont protectrices, dans la plupart des autres pays les droits du propriétaires étranger peuvent etre moindre qu'en France.

Il est donc conseillé de se faire assister d'un spécialiste pour éviter les déconvenues et à défaut de louer et placer son capital dans une banque Européenne.

Pour plus de renseignement sur les modalités de location et d'achat dans les différents pays reportez vous aux articles qui y sont consacrés dans la section logement de nos guides sur l'expatriation.

Lire aussi : Cotisations dans plusieurs pays et calcul de la retraite pour de l'expatrié

   



         
         EasyExpat on