De plus en plus de jeunes...   Les femmes françaises et...

Résultats des législatives partielles des députés de l'étranger

10 juin, 2013 11:13  Chroniques Chroniques

Les 11 députés des Français de l'étranger en 2013Le PS a perdu deux députés de plus à l'Assemblée nationale suite aux deux législatives partielles des Français de l'étranger dont les résultats ont été annoncés dimanche 9 juin 2013.

Ces scrutins permettent à Frédéric Lefebvre (UMP) de remplacer la député PS Corinne Narassiguin, dont les comptes de campagne ont été invalidés, et de retrouver un siège à l'Assemblée Nationale où il avait déjà siégé entre juillet 2007 et juillet 2009 comme député des Hauts-de-Seine pendant le passage au gouvernement d'André Santini (Nouveau Centre), dont il était le suppléant. De son coté le groupe UDI gagne un député de plus avec le vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Meyer Habib.

Les résultats

1er circonscription (Etats Unis et Canada)

Frédéric Lefebvre a été élu député de la 1e circonscription des Français hors de France avec 10.937 suffrages exprimés (8.010 voix via internet et 2.927 bulletins à l’urne), soit 53,72%. Pour le PS, Franck Scemama a recueilli 46.28%, soit 9.423 voix au total (2.603 à l’urne hier et 6.820 par Internet). Malgré le bon report des voix à gauche, cela n'aura pas suffit pour gagner.

8ème circonscription (Chypre, Grèce, Israël, Italie, Malte, Saint-Marin, Saint-Siège, Turquie)

Dans le duel UMP/UDI c'est le candidat UDI Meyer Habib qui a été élu député de la 8e circonscription des Français hors de France avec 4.767 suffrages exprimés (2.789 voix via internet et 1.978 bulletins à l’urne), soit 53,36%. Valérie Hoffenberg, candidat UMP, se présentait pour la seconde fois après avoir été battue en 2012, et a obtenue 46,64%, avec 4.166 suffrages exprimés (1915 à l'urne et 2251 par Internet).

Voici la carte des résultats par circonscription - récapitulatif 2012+2013 (rose pour la gauche PS+EELV, bleu pour la droite UMP+UDI) : 

Les résultats 2013 des circonscriptions des Français de l'étranger

Les résultats officiels sont sur le site du ministère des affaires étrangères.

Une participation ridicule

En Amérique du nord, la participation était légèrement en hausse par rapport au premier tour, avec 13.89% (21.090 votants). Si M. Lefebvre gagne donc avec environ 7 points d'avance, cela ne représente "que" 1514 voix. Pour mémoire lors des élections de 2012 on avait 2341 voix d'écart entre le candidate PS (gagnant) et le candidat UMP.

La participation a été encore plus ridicule qu'au premier tour dans le pourtour méditerranéen puisqu'on ne comptait cette fois que 9,14% (10.208 votes). Il est ainsi montré qu'on peut avoir 7 points d'avance contre son chalenger mais seulement 601 voix d'écart. Toutes les voix sont donc importantes (il est vrai que l'absence de candidat à gauche - celui du PS n'ayant pas recueillit assez de voix au tour précédent - n'a pas du encourager certains électeurs à se déplacer).

Qui plus est, alors que le vote par Internet devait permettre de mobiliser les électeurs, ceci est loin d'avoir été une réussite. Comme le rapporte le site Numerama:

L'article L49 du Code électoral relatif à l'élection des députés, des conseillers généraux et des conseillers municipaux expose "qu'à partir de la veille du scrutin à zéro heure, il est également interdit de diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale". Or avec le vote par Internet pour les élections législatives partielles, l'infraction de l'article L49 est manifeste.

Selon le mémento (.pdf) du Quai d'Orsay à l'usage des candidats, "en cas de second tour, la campagne est ouverte le lundi 27 mai 2013 à zéro heure et est close le samedi 8 juin 2013 à minuit". Autrement dit, la campagne électorale se déroulera pendant la phase du scrutin, alors même que la publication du moindre message de propagande électorale est en théorie interdite.

L'occasion de relire notre article : Députés des Français de l'étranger: une pantalonnade ?

Vers une réforme des scrutins

Il parait que Matignon réfléchirait au redécoupage, voir à l'élimination des circonscriptions de l’étranger, selon le Canard Enchaîné de ce mercredi 29 mai. Promis juré nous rapporte le bipède papier, "les interrogations de Matignon sur la pérennité desdites élections n'ont rien avoir avec [la] débâcle, officiellement du moins. Elles concernent l'abstention record constatée une nouvelle fois". La questions que se pose le cabinet du premier ministre est de savoir s'il convient de profiter de la réforme des scrutins qui pourrait intervenir en 2015 pour supprimer les circonscriptions des Français de l’étranger. Et la réponse est aujourd'hui "oui" nous dit le Canard.

Dans tous les cas nous savons déjà que le gouvernement pense sérieusement à une modification de la représentation des expatriés français. Comme nous l'écrivions il y a deux mois, il y a un projet de loi prévoyant la création de conseils consulaires, composés de conseillers, élus au suffrage universel direct par les Français de la circonscription consulaire, parmi lesquels 81 siègeront à l’Assemblée des Français de l’étranger.

Soir Americain nous donnait les positions de l'UMP via Frédéric Lefebvre qui estime que le projet de réforme "va marquer la fin programmée de l’AFE et que la représentation des Français de l’Etranger est par conséquent en péril"; selon M. Lefebvre, cette réforme n’a "comme unique motivation que d’empêcher les Français établis hors de France de s’exprimer". De son coté le PS (Franck Scemama) rappelle que tout le monde s’accorde sur le besoin de réforme de l’AFE, dysfonctionnelle quant à ses dimensions locale, politique et électorale. Cet ancien élu de l’AFE met en avant que la dimension locale pourra être renforcée par la présence de plus de conseillers consulaires ancrés dans leur circonscription, que le collège électoral sera fortement accru en termes numériques (minorant ainsi les risques de clientélisme). Quant au volet politique, le candidat fait valoir le fait que les discussions entre parlementaires et gouvernement pourraient faire passer le nombre de circonscriptions de 5 à 20, ce qui lui parait "un minimum".

Pascal Menigoz parle lui d'un "vrai gâchis quand on connait le potentiel tous azimuts (retour d’expérience, « ambassadeurs » de la marque France, ouverture d’esprit, dynamisme et connaissance du monde) que représentent les quelques 2,5 millions de compatriotes disséminés sur la planète".

   



         
         EasyExpat on