Guide pour expatriés sur...   25 voix suffisent pour être...

Bientôt le prix des communications mobiles à l'étranger sans surcout ?

26 août, 2013 08:01  Chroniques Chroniques

Si vous cherchez un exemple de quelque chose mis en place par Bruxelles et qui a pu améliorer votre vie, vous pouvez penser aux frais de l'utilisation de votre téléphone portable dans un autre pays de l'Union Européenne.

Un téléphone portable

Si les tarifs des mobiles sont bas dans votre pays, généralement englobés dans un forfait, ceci est tout autre dès que vous traversez la frontière. Le temps où on pouvait voir des tarifs 5 fois plus chers n'est pas très éloigné, pour ce qui est appelé dans le jargon des opérateurs "roaming" ou en français "itinérance", c'est à dire l'utilisation de réseaux concurrents pour faire aboutir votre appel.

Sous l'impulsion de la Commission européenne, les tarifs de l’itinérance ont fondu de 80% depuis 2007.

Depuis le 1er juillet 2013,  les tarifs maximums du "roaming" ont donc encore du baisser en moyenne de 36% hors TVA:

  • 0,24 euro pour un appel sortant ;
  • 0,07 euro pour un appel entrant ;
  • 0,08 euro pour un SMS ;
  • 0,45 euro pour chaque mégaoctet de données téléchargé.
  • les SMS reçus restent gratuits

Déjà depuis juillet 2012, les frais applicables aux appels émis en itinérance au sein de l'UE ne pouvaient dépasser 29 cents par minute; ils seront au maximum de 19 cents en 2014, tandis que les appels reçus hors du pays d'origine qui étaient facturés au maximum 8 cents par minute, puis 7 centimes en juillet de cette année seront abaissés à 6 centimes en 2014.

Les SMS émis en itinérance ne pouvaient être facturés plus de 9 cents depuis 2012, ils passent à 8 centimes depuis cet été et seront de 6 centimes en 2014.

Alors que l'utilisation d'Internet avec son téléphone portable est devenu une banalité dans son pays, cela faisaient toujours exploser la facture lors d'une utilisation à l'étranger. Les tarifs de détail seront désormais plafonnés à 45 cents le Mo, puis baisseront à 20 cents le 1er juillet 2014.

Mais devant la mauvaise volonté avérée des opérateurs télécoms, Neelie Kroes, la commissaire chargée de la société numérique, a décidée de frapper un grand coup et de mettre un terme final à ces pratiques d'un autre age.

La solution proposée par Neelie Kroes est de forcer la concurrence entre opérateurs télécoms européens pour tirer les tarifs d’itinérance vers le bas, et au final les supprimer. Selon l’International Herald Tribune, les clients européens en voyage auraient le droit de choisir l’offre d’itinérance de n’importe quel opérateur du continent. En pratique vous pourrez donc choisir entre l'offre à 20 centimes de votre opérateur national en "roaming", ou celle d'un opérateur local à 10 centimes par exemple, sans toutefois avoir besoin de changer de forfait. Le choix sera probablement vite fait !

Il y aura aussi l'option de rejoindre une "alliance" d’opérateurs proposant un service d’itinérance pan-européen, ses clients n’auront plus le droit de choisir une autre itinérance. Peu importe où se trouve l’abonné en Europe, il serait alors soumis au même tarif que s’il avait été dans son propre pays. Et les citoyens de l'Union Européenne se sentirons partout un peu comme chez eux, un peu comme l'Américain aux Etats Unis.

"La différence de tarifs entre les appels depuis l'étranger et ceux depuis son propre pays devrait tendre vers zéro", explique Neelie Kroes. "Je veux que nous montrions aux citoyens que l’Union européenne a un impact sur leur vie, que nous avons adapté les règles à leurs attentes légitimes. [...] Je veux que vous puissiez retourner vers vos électeurs en leur disant que vous avez réussi à mettre fin aux coûts d’itinérance".

Il est clair que Neelie Kroos, qui a souvent été attaquée sur son inféodation aux lobbies, souhaite conclure son mandat sur une note positive. Et l'expatrié connecté à son mobile ne pourra pas lui donner tort.

A noter que si ces baisses concernent les pays de l'Union Européenne, les tarifs peuvent exploser dans le reste du monde avec, par endroit, un mégaoctet facturé 13,30 €. Mais ici aussi les choses changent, notamment sous l'impulsion de Free. Depuis les Etats-Unis, par exemple, la filiale d'Iliad facture 34 centimes la minute de communication, contre 1 à 1,40 euro ailleurs, 27 centimes le SMS (contre 28 à 50 centimes) et 40 centimes le Mo (seul B&You fait mieux, à 0,18 centimes, les autres le facturant entre 7 et 15 euros).

 

   



         
         EasyExpat on