Joyeuse année 2015 !   Terrorisme à Paris : Charlie...

Le dilemme des expatriés européens

12 janvier, 2015 08:14  Chroniques Chroniques

Article sponsorisé par AFNOR Editions

AFNOR Editions

Pendant très longtemps, le terme d’expatrié a désigné un certain nombre d’employés sélectionnés au sein de l’entreprise en fonction de leurs compétences. En compensation de la mission qu’ils étaient supposés accomplir, ils bénéficiaient de maintes primes et avantages. Par ailleurs, étant clairement identifiés, ils pouvaient profiter de formations linguistiques et / ou interculturelles de la part de la Division Ressources Humaines.

Les choses évoluent cependant très vite. Tout d’abord, l’internationalisation accrue des entreprises entraîne un accroissement des situations qui étaient auparavant spécifiques à cette classe d’expatriés. Il y a dans les sociétés de plus en plus d’employés ou de managers qui travaillent dans un contexte international : personnel étranger sous contrat local, responsables passant plusieurs jours à l’étranger de manière régulière, managers qui gèrent des équipes multiculturelles ou chargés de comptes négociant avec des parties prenantes de diverses nationalités.

En Europe, ces nouvelles configurations sont de plus en plus fréquentes et remplacent les expatriés conventionnels que nous avons décrits plus haut. L’international y est devenu un passage obligé sans que l’on ait vraiment conçu de processus pouvant aider les managers concernés à apprendre à fonctionner avec des collègues ou des relations professionnelles d’autres pays.

Pourtant les difficultés ont peu évolué ! Même si les Européens ont appris à coopérer dans des situations précises, les modes de fonctionnement restent très différents d’un pays à l’autre. La constitution de l’Union Européenne, qui a permis d’harmoniser le cadre général, n’a eu que peu d’influence sur les structures socio-économiques et fiscales, et encore moins sur la façon de manager des équipes !

En outre, les managers européens qui travaillent à l’étranger se trouvent souvent confrontés à une forme de déni qui les prive du soutien et des formations dont ils auraient très souvent besoin. Au vu des frontières qui ont perdu toute signification politique, nombre d’entreprises pensent que toutes différences auraient été gommées ! C’est ainsi que ces nouveaux expatriés européens sont confrontés à la nécessité de multiplier les expériences internationales tout en acceptant d’en déprécier le contenu.

Comment faire pour se former soi-même ? Tout d’abord, il est essentiel de développer une forme de curiosité pour tout ce qui est différent. Il faut commencer à observer le fonctionnement d’autres pays et s’entraîner à se poser des questions sur ce qui les différencie de ce qui se passe chez nous. Il est important par ailleurs de prendre le temps de capter les spécificités de la langue de ses interlocuteurs. Même si on n’arrive jamais à la parler, on y puisera des éléments d’information sur la culture des personnes qui la parlent et on comprendra certainement mieux les particularismes utilisés lorsque ceux-ci communiquent en anglais.

Ensuite, il est aujourd’hui possible de rechercher au travers des réseaux sociaux, des personnes qui ont connu un parcours similaire, avec qui l’on pourra échanger. Les problématiques interculturelles sont si complexes, imbriquées dans d’autres thématiques, qu’il faut en discuter pour apprendre à les décrypter.

Enfin, une collection telle que « Travailler efficacement en … », publiée par AFNOR Éditions, présente un excellent compromis pour quelqu’un qui veut progresser. Ces ouvrages très détaillés ont été conçus pour mettre en avant et expliquer les différences fondamentales de ces pays par rapport à la France. Les auteurs ont en général connu eux-mêmes les situations des expatriés et ils savent trouver les mots justes pour les décrire.

En dernier lieu, il faut continuer de défendre, auprès des Ressources Humaines, l’importance de formations concrètes qui évitent des erreurs coûteuses. Car l’interculturel devient une source d’avantages lorsqu’on arrive à le maîtriser.

Retrouvez également, dans la vidéo ci-dessous, les astuces des auteurs de la collection « Travailler efficacement en… » à propos des relations interculturelles dans le monde.


Vincent Montenero
Vincent Montenero - AFNOR Editions
vincent.montenero@emc-2.eu
www.emc-2.eu

Cristina Cazorzi
Cristina Cazorzi - AFNOR Editions

   



         
         EasyExpat on