Le dilemme des expatriés...   Où trouver Charlie Hebdo à...

Terrorisme à Paris : Charlie Hebdo et les expats

16 janvier, 2015 07:37  Chroniques Chroniques

Charlie Hebdo - Charb, Wolinski, Tignous, Cabu assassinésQuatorze civils, trois policiers et trois terroristes tués : ce sont les résultats de trois jours de violence dans la région parisienne qui ont pris fin vendredi 9 Janvier 2015, avec deux assauts du GIGN et du RAID (qui pour la première fois ont travaillé en commun).

Peu avant 17h00 le vendredi, les unités d'élite de la police ont tué les frêres Saïd et Sharif Kouachi, les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo mercredi qui a fait 12 morts. Dans le même temps, une agression a été perpétrée contre un supermarché juif dans l'est de Paris, où Amedy Coulibaly avait pris, depuis la mi-journée, une quinzaine de personnes en otage. Après plusieurs explosions, la police entrés dans le magasin et l'attaquant a été tué lors de l'assaut. Deux policiers ont également été blessés quand ils ont sorti les otages.

Le plus grand choc est sans doute venu du massacre pendant la réunion hebdomadaire de rédaction du journal Charlie Hebdo, le mercredi matin 7 Janvier. En partant, les deux hommes ont indiqué qu'ils agissaient au nom d'Al-Quaida Yémen (AQPA), affirmant ensuite qu'ils voulaient venger le prophète.

Charlie Hebdo, journal satirique, anticonformiste et irrévérencieuse

Charlie Hebdo est un hebdomadaire satirique (un journal vieux de 44 ans, au bord de la faillite avant l'attaque dont il a fait l'objet : il vendait habituellement uniquement la moitié des 60 000 exemplaires qu'il imprimait chaque semaine). Le journal est bien connu pour son humour parfois grivois, parfois provocateur et irrévérencieux, composé de nombreux dessins et caricatures, avec une préférence certaine pour les moqueries de policiers, de politiques et de toutes les religions.

La controverse est née depuis la publication du 9 février 2006. Sous le titre "Mahomet débordé par les intégristes", la première page montrait une caricature d'un Mahomet en pleurs disant "C'est dur d'être aimé par des cons". Le dessin était signé de Cabu. A l'intérieur, Charlie Hebdo avait publié les dessins parus dans le journal danois Jyllands-Posten montrant le prophète Mahomet, et qui avaient provoqué de violentes émeutes dans certains pays musulmans. A cette date, le personnel du journal a commencé à recevoir des menaces de mort.

Dans les premières heures du 2 Novembre 2011, le bureau du journal à Paris était incendié et son site Web piraté. Les attaques ont été supposées liées à sa décision de publier une édition spéciale avec en couverture un dessin de Mohamet ("100 coups de fouets si vous n'êtes pas morts de rire") signé Luz, et qui avait circulé sur les médias sociaux quelques jours auparant.

La photo du responsable de l'édition, Stéphane Charbonnier (Charb) fut publiée dans le magazine d'Al-Qaïda Inspire, dans une liste de neuf hommes à abattre, ciblés par l'organisation terroriste.

Finalement, mercredi 7 janvier 2015, deux hommes sont entrés dans le bureau du journal et ont tué 12 personnes, dont cinq des meilleurs dessinateurs de France : Charb, Cabu, Honoré, Tignous et Wolinski, l'économiste Bernard Maris et deux policiers, et en blessant onze, dont quatre grièvement.

Je suis Charlie

Charlie Hebdo - Je suis CharlieAvec les attaques, le magazine est devenu un symbole national (et international) de la liberté d'expression. Des foules immenses, dont 1,5 millions à Paris (plus de 4 millions à travers le pays) dans le plus grand rassemblement de l'histoire française pour les 50 dernières années (et certainement depuis la liberté de Paris en 1944), sont descendues dans les rues dimanche, brandissant des crayons et porteurs de pancartes avec les mots : "Je suis Charlie". Ces mots ont rapidement été adoptés dans le monde entier par les partisans de la liberté d'expression qui ont réagit à la fusillade.

Le lendemain de l'attaque, le reste du personnel de Charlie Hebdo a annoncé que la publication se poursuivrait et ils ont depuis vendredi travaillé dans les bureaux du journal Libération qui les a accueillis, avec du matériel prêté par d'autres médias, dont Le Monde.

Les survivants de Charlie Hebdo ont juré de maintenir la tradition de tourner en dérision toutes les religions, les politiciens, les célébrités et les événements d'actualité. Les extrémistes islamiques ont d'ailleurs souvent été ridiculisés dans ses pages dans des caricatures provocatrices et irrévérencieuses.

Charlie Hebdo - Une du 14 janvier 2015La couverture de la première édition de l'hebdomadaire satirique depuis l'attaque la semaine dernière montre une caricature du prophète verser une larme et tenant une pancarte "Je suis Charlie" en sympathie avec les journalistes morts (le dessin de couverture est signé par le caricaturiste de l'hebdomadaire Luz, qui a survécu au massacre parce qu'il était arrivé en retard). Le titre dit "Tout est pardonné".

Le 13 Janvier 2015 il était prévu de tirer cette édition à trois millions d'exemplaires et mis à disposition dans 25 pays, traduits en 16 langues en raison de la demande internationale. Cependant, dès le lendemain, il a été annoncé qu'en raison d'une forte demande, le tirage serait porté à 5 millions.

Le fait est que tout a été vendu en quelques minutes. Les marchands de journaux en France devraient recevoir d'autres exemplaires les jours qui suivent et devraient être approvisionnés pendant 2 semaines avec le numéro.

La plupart de la presse dans le monde ont choisi de ne pas montrer les caricatures

Mais la couverture du journal montrant Mahomet pourrait attiser la fureur de certains musulmans fondamentalistes qui croient qu'il est interdit de représenter leur prophète de quelque façon.

Les journaux à travers l'Europe, y compris Libération, Le Monde et le Frankfurter Allgemeine, ont utilisé la nouvelle image de couverture en ligne. La BBC l'a montré brièvement lors de sa revue de presse dans le programme Newsnight.

Aux États-Unis, le Washington Post, USA Today, LA Times, le Wall Street Journal, The Daily Beast et CBS News montré la Une. Le Washington Post avait montré la Une de 2011, mais uniquement dans ses pages intérieures, aux côtés d'un message d'avertissement contre la tentation de l'auto-censure. Mardi 13, à la veille de la sortie de la nouvelle édition de Charlie Hebdo, le quotidien a publié la couverture conçue par Luz au bas de la première page du supplément Style.

Mais d'autres médias ont décidé de faire le choix inverse. Le New York Times s'est ainsi engagé dans un exercice délicat dans son édition du mardi 13 Janvier: décrire la première page de Charlie Hebdo consacré à une caricature du Prophète sans la montrer. Une application stricte de la règle explicitée après les meurtres de Paris par le directeur du journal, Dean Baquet, qui interdit la publication de tout ce qui "vise délibérément à offenser les sensibilités religieuses." Cependant, suite à la montagne de critiques, le médiateur du journal américain, Margaret Sullivan, a regretté jeudi que son journal n'ait pas jugé nécessaire de revoir sa politique interne, en disant "la nouvelle couverture de Charlie Hebdo est une partie importante d'une histoire qui a accaparé l'attention du monde entier depuis une semaine. Le dessin lui-même, même s'il peut perturber la sensibilité d'un petit pourcentage de lecteurs du New York Times, n'est ni choquante ni gratuitement offensantes. Et il a, sans aucun doute, une importante valeur dans l'actualité. Avec les millions d'exemplaires de cette édition de Charlie Hebdo post-attaque publiés, et une immense couverture mondiale, l'image est vue, jugée et commentée partout dans le monde. Les lecteurs du NY Times ne devraient pas à avoir à aller ailleurs pour la trouver."

L'agence de presse Associated Press et les chaînes d'information CNN, MSNBC et NBC News, pour ne citer que les plus prestigieuses, ont fait de même et ont décidé de cacher les caricatures controversées.

Le patron de CNN Worldwide, Jeff Zucker, a fait valoir un autre argument, selon la presse américaine: "D'un point de vue journalistique, nous sentons que nous voulons et que nous devrions utiliser ces images mais de mon point de vue responsable, la sécurité de nos équipes à travers le monde est plus importante pour le moment".

Charlie Hebdo - Le Journal de Montréal janvier 2015Au Canada, dans l'édition du 13 janvier, le caricaturiste du Journal de Montréal, Marc Beaudet, a encouragé tout le monde à dessiner leur propre Mohamet, en reliant les points.

En Australie, ABC a montré l'image de la caricature dans son programme d'actualité 24/24, mais avec un avertissement aux téléspectateurs.

Au Royaume-Uni, The Telegraph a flouté l'une des représentations de Mahomet, qui apparaît sur la couverture de Charlie Hebdo.

The Guardian a publie cette couverture, mais avec un avertissement indiquant : "cet article contient l'image de la couverture du magazine, que certains peuvent trouver offensant".

The Independent a fait également très attention à ne pas montrer la page complète, la couvrant avec d'autres papiers sur les photos.

Charlie Hebdo - Photo dans The Independent janvier 2015

 

Jeudi, Skynews a interrompu brusquement une interview de Caroline Fourrest après qu'elle ait commencé à montrer la première page de Charlie Hebdo lors de la discussion ; la présentatrice Dharshini David précisant : "Je fais des excuses pour ceux de nos téléspectateurs qui peuvent avoir été offensés".

Le journal d'opposition turc, Cumhuriyet ("La République"), est pour l'instant le seul journal à avoir osé cette publication dans un pays musulman avec un encart de quatre pages en turc, reprenant la plupart de la nouvelle édition de Charlie Hebdo.

Charlie Hebdo - Journal Turc Cumhuriyet

Dans la nuit, la police a perquisitionné l'imprimerie du journal à Istanbul, pour contrôler visuellement les paquets prêts à l'envoi. La distribution a ensuite été autorisée normalement. La caricature controversée apparait cependant, en petit format, en page 5, aux côtés d'un éditorial condamnant le terrorisme. Elle est également présente en page 12, à nouveau en petit format. Ceci semble avoir échappé à la vigilance de la police, obsédé par la première page et l'encart spécifique.

Sur Twitter, la nouvelle Une de Charlie Hebdo a inondé les réseaux sociaux. Certains ont critiqué vivement ce qu'ils appellent les réactions "lâches" de certains médias et rappellent que la publication de l'image ne signifie pas que l'on soit d'accord avec elle, mais c'est une information, de la même manière que la publication d'un massacre ou une vidéo djihadiste ne signifie pas que vous êtes d'accord avec eux. 

Boris Johnson, le maire de Londres, a déclaré au programme britannique Today que Charlie Hebdo n'avait pas d'autre choix que d'imprimer la couverture qu'il avait. "Vous ne pouvez pas avoir une marche dans les rues de Paris en présence de 46 dirigeants du monde, 4 millions de personnes, culminant avec un cri de «Nous n'avons pas peur», puis ne pas publier l'objet central de la polémique", at-il dit. "Bien sûr, ils ont raison de le faire et j'en ai peur il est absolument vital maintenant que tout le monde défende leur droit de publier. Vous pouvez ne pas être d'accord avec ce qu'ils ont fait, vous pouvez être offensé par ce qu'ils ont fait, mais vous devez défendre leur droit de le publier".


Dès le jour de l'attaque, un millier de personnes, français et américains, se sont spontanément réunies à New York (Union Square), et à nouveau le samedi, près de 2000 Français étaient réunis sur Washington Square, agitant des stylos et des slogans "Je suis Charlie". Des manifestations identiques se sont produites à Londres (Trafalgar Square) et dans d'autres pays à travers le monde.

Et vous, que pensez-vous de tout cela ? Avez-vous assisté à certaines manifestations dans votre pays d'accueil ?

Si vous assistez à des manifestations, ou organisez toute marche ou manif, n'hésitez pas à publier les détails sur les forums appropriés (pour les différents pays / villes).

Site officiel: http://www.charliehebdo.fr/

AJOUT du 17/01/2015: Riss a dessiné depuis son lit d'hôpital et est présent dans le journal pour résumer l'histoire:

Charlie Hebdo - Dessin de Riss dans le numéro dit des survivants

 

 

   



         
         EasyExpat on