Pourquoi l'immobilier est le...   Le Brexit et ses implications...

Chroniques de l’Amérique au quotidien : une Française décrypte l’American Way of Life

15 juin, 2016 08:54  Chroniques Chroniques

Sophie Landrieux est mariée et mère de deux enfants. Elle habite depuis maintenant huit ans aux Etats-Unis. Professeur en France, son expatriation constitue pour elle une opportunité de réaliser un rêve en devenant écrivaine. Elle répond à nos questions, dans l'entretien ci dessous.

Sophie Landrieux - Auteure de: Chroniques de l’Amérique au quotidien

 

1- Pourquoi êtes-vous partis à l'étranger ?
Mon époux a reçu une proposition de mutation pour Chicago en juin 2008. Difficile de refuser de partir aux Etats-Unis. De plus, nous commencions à nous sentir à l’étroit dans notre appartement parisien avec un petit garçon. Trois mois plus tard, nous débarquions en famille pour une expatriation de courte durée. Huit ans plus tard, nous habitons toujours aux Etats-Unis, mais à présent à Atlanta en Géorgie.

2- Comment vivez-vous ? Êtes-vous un écrivain à plein temps ?
Au cours de ces huit années en expatriation, j’ai été mère au foyer, travaillé à temps partiel, puis à temps plein pendant plus de trois ans dans une université américaine. J’ai fait le choix cette année de me consacrer à l’écriture. L’écriture a toujours été une passion et cela me permet aussi d’avoir plus de flexibilité pour m’occuper de mes enfants et partir en vacances.

3- Comment avez-vous décidé de commencer un livre ? Êtes-vous passé par un éditeur ? Ou alors une self-édition ?
Chroniques de l’Amérique au quotidienAprès trois années d’expatriation, je continuais à me poser beaucoup de questions sur les Etats-Unis et l’American Way of Life. J’ai alors cherché des livres portant sur les différences culturelles franco-américaines. Il y en avait peu. Par contre, j’ai découvert de nombreux ouvrages écrits par des étrangers consacrés à leur vie en France et leur choc culturel. Cela m’a donné envie de parler de ce que j’ai appris sur les Etats-Unis en y vivant.

J’ai écrit une première version du livre en 2012 et ai recherché un éditeur. Au même moment, j’ai commencé à travailler à temps plein et ai abandonné mon manuscrit. Cette année, j’ai consacré quatre mois à réviser ce livre avant de décider de l’autoéditer sur Amazon. Le concours des plumes francophones m’a incité à passer à l’acte. J’espère que le livre sera remarqué par un éditeur traditionnel.

4- Quelle était la partie la plus difficile de votre démarche de publication sous forme de livre ? Est-ce que vous utilisiez un blog avant d'écrire un livre ?
La partie la plus difficile est selon moi la révision d’un manuscrit. J’aime écrire, mais il faut ensuite relire plusieurs fois, couper certains chapitres, modifier l’ordre... Ce travail me passionne moins, mais est nécessaire pour assurer la cohérence d’un ouvrage.

Je n’avais pas créé de blog avant d’écrire ce livre, mais je lis régulièrement des blogs et trouve qu’ils constituent souvent une excellente source d’informations. J’envisage aujourd’hui de créer un blog pour promouvoir mon livre.

5- Quelle est votre perception du marché des livres pour expatriés ? Ou considérez-vous que votre livre fait partie d'une autre niche ?
Il existe de plus en plus de livres consacrés à l’expatriation. Mon livre fait partie de cette catégorie et s’adresse à ceux qui rêvent de vivre aux Etats-Unis, ou y vivent. Il pourrait naturellement intéresser les candidats à l’expatriation dans d’autres pays.

D’une manière générale, ce livre s’adresse aussi à toutes les personnes qui sont fascinées par les différences culturelles et la civilisation américaine. Il faudrait le recommander aux étudiants américains qui étudient le français et partent en France en séjours linguistiques, ainsi qu’aux étudiants français qui s’apprêtent à étudier dans une université américaine.

6- Quelle est la partie que vous préférez dans votre livre ?
Le chapitre 5 consacré à la femme américaine est ma partie préférée du livre. On m’a tellement parlé de l’archétype de la femme française que j’ai eu envie d’inverser les rôles.

7- Quelle était la partie la plus difficile à écrire ?
Le premier chapitre du livre qui s’intitule « Destination Etats-Unis : débarquement immédiat » a été le plus difficile à écrire. En effet, ce chapitre est le plus personnel car il parle de notre famille et de la façon dont j’ai vécu les premiers mois aux Etats-Unis. Ecrire sur ce sujet m’a fait revivre ce choc culturel et cette période de doute.

8- En plus de votre livre, quels autres conseils de lecture voudriez-vous donner ?
Certains livres sur l’expatriation m’ont beaucoup marqué. Je pense notamment au livre "I’m a stranger here myself" de Bill Bryson, ou encore à "French Toast" de Harriet Welty Rochefort.

9- Quels avis pouvez-vous communiquer pour les autres expatriés qui se lancent dans un projet de livre ?
L’expatriation constitue un moment idéal pour écrire car tout est nouveau, tout est source d’inspiration. Ecrire un livre peut sembler trop impressionnant. Tenir un journal ou un blog peut être une façon de débuter. Pour ma part, la lecture d’autres livres sur l’expatriation et celle de la presse américaine ont aussi nourri une mon travail d’écriture.

10- Sur quels projets travaillez-vous actuellement ? Avez-vous prévu de publier un autre livre ?
En ce moment, je travaille à la promotion de mon livre. Je prévois de publier de Nouvelles Chroniques si ce livre rencontre du succès. Il y a encore tant de sujets à évoquer !

Chroniques de l’Amérique au quotidien"Chroniques de l’Amérique au quotidien" de Sophie Landrieux est disponible sur Amazon >>>

   



         
         EasyExpat on