Guide pour expatriés sur... 

Restrictions budgétaires : les élèves français de l'étranger dans la tourmente

05 février, 2018 08:00  Chroniques Chroniques

Lycée Français Charles de Gaulle de Londres - Photo AEFE http://www.aefe-europe.net

Suite aux restrictions budgétaires annoncées par le gouvernement cet automne, l'ensemble des  syndicats des enseignant à l'étranger appelle les personnels des lycées français à la grève, le mardi 6 février.

Le 6 février est la date de réunion du Comité techniques de l'AEFE (il y en a 3 par an), où sont traités avec les représentants du personnel les questions et les projets de textes relatifs à l’organisation générale, au fonctionnement, aux règles statutaires, aux orientations de l’Agence.

Le mouvement fait suite à l'annonce de l'annulation de 33 millions d’euros (soit 10% du budget 2017 en cours) des crédits versés à l’AEFE (Agence de l'Enseignement Français à l'Etranger), ce qui entraîne directement la suppression de 180 postes pour 2018 et plus de 500 postes (enseignants et encadrants) titulaires sur les 3 prochaines années. Les parents craignent aussi que cela s'accompagne d'importantes hausses des frais de scolarité.

"L'augmentation de la participation financière complémentaire des établissements conventionnés et en gestion directe au budget de l'Agence (passage de 6 % des frais d'écolage à 9 % en 2018, 7,5 % en 2019 et un éventuel retour à 6 % en 2020) fragilise fortement leurs budgets", indique dans un communiqué de presse la FSU, syndicat enseignant.

Les députés LREM ont publié une tribune mettant au contraire en avant la hausse du budget (à lire ICI). Ils y écrivent notamment : "Alors que l’ancienne majorité avait voté d’importantes baisses de budget de l’AEFE, le Président Macron, conscient de ce formidable atout dans la mondialisation, a rappelé sa volonté de sanctuariser ce budget. Le budget 2018 sera d’ailleurs en légère hausse passant à 398 millions d’euros d’engagements."

Toutefois, les syndicats expliquent que c'est fort méconnaitre la situation où les usagers, et donc les besoins, sont en hausse constante, et nier la réalité de la ponction de 33M€.

Exemple des conséquences sur le Lycée de Londres

Sur Londres, selon à la fois l'APL (Association des Parents d'élèves du Lycée Charles de Gaulle) et les organisations syndicales enseignantes, les conséquences sont les suivantes :

  • La participation financière sise sur les frais de scolarité passe de 6 à 9% en 2018, ce qui représente pour l'établissement historique du centre de Londres une augmentation de £760,000.
  • L’AEFE a décidé de supprimer dès septembre 2018 quatre postes de résidents provisoires, contrairement aux engagements faits en mars 2017 aux enseignants par M. Bouchard, directeur de l'AEFE.
  • A ces quatre postes s’ajoute la suppression de 8 postes de résidents pour les personnels quittant l’établissement (pour départ en retraite ou déménagement).
  • De manière plus générale, les syndicats d’enseignants s’inquiètent de l’incertitude qui pèse sur le renouvellement de leurs contrats de résidents au cours des deux prochaines années et les parents redoutent des augmentations de frais d'inscription.

L'APL refuse actuellement de siéger au Conseil d'Etablissement et explique :

"Dans un contexte de réforme de l’AEFE et où des négociations devront nécessairement s’engager avec les personnels, le respect des engagements pris par Monsieur Bouchard nous semble être un préalable absolument nécessaire. Sinon, nous risquons des situations où les examens blancs seraient supprimés (ce qui vient de nous être confirmé pour le bac blanc) et où nos élèves, et notamment les plus fragiles seraient pénalisés, et nous en tiendrons l’AEFE pour responsable."

L'ACE (syndicat minoritaire affilié PEEP sur le Lycée CdG) relaye les propos du député LREM Alexandre Holroyd qui accuse une "gestion calamiteuse de l'agence" ; ce qui amène l'ACE à accuser l'AEFE de "tentative de sabotage de la politique du Président".

Il est clair que depuis l'annonce du gouvernement Macron, le climat est très tendu dans le réseau de l'enseignement français à l'étranger. C'est dans ce contexte que l'on vient d'apprendre que la députée LREM des Français de l'étranger Samantha Cazebonne (Circonscription 5: Espagne, Portugal et Monaco), missionnée par le Ministre des Affaires Etrangères pour apaiser les craintes des lycées français de l'étranger, a vu son élection annulée par le Conseil constitutionnel ce vendredi 2 février (décision n°2017-5052 AN).

Et pour vous, quelle est la situation dans votre pays de résidence ? Venez en discuter sur le forum.

   



         
         EasyExpat on

 Commenter

Sujet

Texte

Identifiant

Courriel (facultatif)

Page personnelle (facultatif)


 authimage